Amazon.ca Widgets

Critique

Publié le janvier 14th, 2019 | par Jesse Anctil

0

Bohemian Rhapsody – Un hommage à la hauteur de l’homme et du groupe?

Bohemian Rhapsody – Un hommage à la hauteur de l’homme et du groupe? Jesse Anctil

Summary: Les libertés scénaristiques et le manque de risques à la réalisation en font un bon divertissement, sans plus.

3

Bon


Honnêtement, je ne comptais pas voir ce film au cinéma. Pas parce que je doutais de sa qualité, mais plutôt par un manque d’intérêt envers le groupe Queen. Mon plus beau souvenir en lien avec ce groupe britannique, c’est lorsque Raymond Bourque, alors défenseur pour l’Avalanche du Colorado, a soulevé la Coupe Stanley pendant que We Are the Champions jouait… Ça vous donne une idée! Je n’ai jamais douté de la pertinence de porter l’histoire du célèbre groupe sur grand écran, car je croyais qu’il y avait là assez de matière pour en faire un long-métrage. Même si j’aime bien la musique de Queen et que je trouve le personnage de Freddie Mercury intéressant, je ne suis pas fan du groupe au point de devoir absolument voir Bohemian Rhapsody au cinéma. Lorsque le film a devancé A Star Is Born et BlacKkKlansman dans la catégorie du meilleur film dramatique lors de la cérémonie des Golden Globes dimanche dernier, j’ai senti que j’étais peut-être passé à côté de quelque chose. J’ai donc décidé de lui donner sa chance, par simple curiosité de savoir si, à mes yeux, cette statuette est réellement méritée.

Commençons par le problème le plus important du film : le scénario. Oui, l’histoire est fluide, dynamique et sans trop de temps mort… Mais à quel prix? Anthony McCarten (Darkest Hour, The Theory of Everything) a pris une foule de libertés scénaristiques et ça m’agace, car elles sont si nombreuses qu’on en vient à se demander si ce que l’on voit s’est réellement déroulé ainsi. On ne parle pas ici de petites libertés : la rencontre du groupe, celle avec Mary, la «pause » de Queen, la date du diagnostic du sida de Freddie Mercury, les circonstances du renvoi de son assistant, la chronologie de la sortie des chansons et j’en passe. Rien de tout ça n’est respecté dans le film. Je trouve aussi que les moments plus sombres de Freddie Mercury ne sont qu’effleurés et je considère que c’est dommage, car il y aurait vraiment eu matière à approfondir cette facette de l’histoire du chanteur. Les moments où Freddie perd le contrôle ne semblent pas si difficiles que ça, au final. En plus, le réalisateur avait la chance d’avoir un acteur de grand talent sous la main. Un acteur qui aurait pu aller beaucoup plus loin que ce que lui proposait le scénario. Il me paraît évident que le scénariste avait comme mandat de faire un film grand public, et cela vient personnellement moins me chercher. Je suis plus fan des biopics conçus avec une plus grande rigueur scénaristique et qui vont en profondeur dans les sujets qui méritent d’être développés.

Je suis fan de Rami Malek depuis que je l’ai vu dans la série Mr. Robot, et je savais dès le départ qu’il avait le talent nécessaire pour relever le défi avec brio. Il ne m’a pas déçu. Si l’on exclut sa prothèse dentaire ridiculement non représentative de la réalité, j’admets que l’acteur offre une superbe performance. Une performance très physique. Il n’a pas pris ce rôle à la légère. On sent l’ampleur du travail derrière le résultat final. Sa manière de bouger, de parler et sa posture frôlent la perfection. Le reste de la distribution est efficace; personne ne se démarque vraiment mais ils sont tous bons. J’ai bien aimé la chimie entre les membres du groupe et celle avec Mary. J’y croyais même si les dialogues sonnaient parfois un peu faux.

Brian Singer (Usual Suspect, X-Men) offre, quant à lui, une réalisation efficace avec un bon rythme mais une réalisation classique qui ne prend aucun risque. Par contre, je m’y attendais. C’est un peu l’histoire de la carrière de ce réalisateur.

Bien sûr, un des points forts du long métrage est sa trame sonore. N’importe quel fan de Queen oubliera les défauts du film en revisitant les nombreux classiques du groupe. Les scènes de shows sont d’ailleurs assez réussies. Certaines d’entre elles m’ont donné de légers frissons, mais aucune ne m’a fait vivre des émotions comparables à celles que j’ai vécues en regardant certains passages de A Star is Born, par exemple. J’adresse une mention honorable aux foules faites en CGI; elles sont très belles.

Finalement, pour résumer mon appréciation du film, j’estime que c’était un très bon divertissement dans lequel Rami Malek est superbe. Cependant, les libertés scénaristiques et le manque de profondeur dans certaines facettes de la vie de Freddie Mercury, qui auraient mérité d’être approfondies, m’empêchent de dire que j’ai assisté à un grand film. Je ne comprends ni sa victoire, ni même sa nomination aux Golden Globes. J’admets difficilement qu’il soit nommé au détriment d’un Leave No Trace, par exemple. Pour moi, Bohemian Rhapsody est la version « Jobs » de l’histoire de Queen. Personnellement, j’aurais préféré voir la version Steve Jobs écrite à la Aaron Sorkin et réalisée à la Danny Boyle. Le film mérite quand même d’être vu, mais vous pouvez attendre de le faire dans le confort de votre salon!


FICHE TECHNIQUE

Date de sortie : 24 octobre 2018
Réalisateur : Bryan Singer
Distribution : Rami Malek, Lucy Boynton, Gwilym Lee
Genre : Drame biographique

Synopsis :

Peu de temps avant de participer au mythique concert Live Aid où les plus grands noms de la musique sont réunis afin de ramasser de l’argent pour combattre la famine en Afrique, Freddie Mercury se replonge dans son passé. Tout a commencé en 1970, à Londres, alors que le jeune homme issu d’une famille traditionnelle rencontre les trois membres qui allaient devenir le groupe culte Queen. Du premier enregistrement de la formation aux succès planétaires, en passant par son union avec Mary et de ses relations homosexuelles, Freddie n’hésite pas à prendre des risques et affirmer sa forte personnalité, marquant irrémédiablement son art.

Vous avez aimé? Pourquoi ne pas prendre la peine de visiter notre page Patreon

Tags: , , , , , , , ,


À propos de l'auteur

Suis-je un expert en cinéma? Non. Un amoureux du 7e art? Certainement. Une salle de cinéma est pour moi un des endroits en ce monde où je me sens le mieux. J’ai toujours une opinion tranchée sur les films que je vois.



Comments are closed.

Retour en haut ↑