Amazon.ca Widgets

Critique

Publié le décembre 13th, 2018 | par Éric Laforce

0

Book of Demons – Quand Diablo rencontre Hero Quest

Book of Demons – Quand Diablo rencontre Hero Quest Éric Laforce

Summary: Simplet mais très bien exécuté et « Flexiscope » !!!!

4

Très bon


User Rating: 0 (0 votes)

Depuis quelques temps la nostalgie a fait un retour en force dans le giron de la culture populaire au point d’être omniprésente et je peux comprendre que s’en est même devenu lassant pour certains. Personnellement j’adore l’idée de revisiter les œuvres du passé, pour autant que les développeurs mettent un peu du leurs afin d’ajouter une touche particulière au produit qu’ils nous livreront. Les lasers et les néons c’est super mais on veut un peu plus qu’un Xieme clone de la saveur du moment. On ne compte plus le nombre de jeux qui se sont écrasés face au verdict populaire en essayant de faire : « pareil mais pas pareil »

Malgré tout le jeune studio de développement polonais Thing Trunk a décidé non seulement de relever ce défi mais de le faire d’une façon originale en mettant sur pied le projet Return2Game. Cette initiative a pour but de nous faire revivre l’époque des années 90 au travers sept jeux rendant hommage aux grands classiques qui ont forgé les genres modernes. Et pour lancer le bal en beauté, Thing Trunk s’attaque à Diablo en lançant le premier opus de la série : Book of Demons !

De carton et de pâtes

La première chose qui m’a frappé en débutant le jeu est son style graphique (bon vous allez me dire que c’est la première chose que l’on voit… effectivement). Book of Demons arbore un esthétique « jeu de plateau », bien qu’en 3d le graphisme représente des figurines et décors en papiers découpé à la main qui nous rappel un peu les « Hero Quest » de l’époque. Malgré cela les textures et couleurs contemporaines nous ancrent dans un style moderne et propre. C’est franchement réussi et aguichant au point où l’on a envie de se lancer dans l’aventure peu importe l’histoire… et il le faudra…

Le jeu se déroule dans un univers médiéval-fantastique où l’on incarne un héro (guerrier, archer ou mage) qui aura pour mission de parcourir un donjon étage par étage, pourfendant squelettes, monstres et gargouilles dans le but d’atteindre les feux de l’enfer et y affronter son gardien. Rien de bien original comme prémisse et on va rapidement découvrir que le jeu n’a en fait pas vraiment d’histoire. On commence par visiter le village où il sera possible de se régénérer, d’améliorer nos cartes et d’accumuler de l’information tactique sur nos ennemis. Ensuite on procède au donjon ou l’on doit tuer tous les monstres et récolter les trésors d’un étage pour pouvoir passer au suivant (notez qu’il est possible entre chaque étage de retourner au village question de tenir son inventaire en ordre). C’est d’apparence très banale et routinier (ça l’est) mais ce choix du studio n’est pas fait par paresse ou manque de maîtrise, c’est plutôt que l’emphase a été mis sur les mécaniques de jeu.

Aussitôt catapulté dans les couloirs humides du donjon on comprend que Book of Demons ne se joue pas comme un Hack’n Slash classique. Bien qu’en vue isométrique comme la plupart de ses prédécesseurs, notre personnage ne peut pas se déplacer librement dans la carte et doit suivre des tracés situés au centre des couloirs (comme sur un rail avec des jonctions perpendiculaires). Au début ça saisi et on se sent menotté mais plus on progresse, plus ces restrictions vont finir qu’à ajouter à l’aspect tactique des combats. Parce qu’il faut dire qu’au fur et à mesure qu’on avance dans le jeu les monstres ne se contentent plus d’avancer bêtement vers nous, ils nous lancent des projectiles, se téléportent à bout-portant pour nous coincer et certains explosent libérant flammes et poisons. Savoir naviguer dans la carte pour éviter les culs-de-sac devient donc un talent essentiel à développer.

Pour combattre les monstres on peut cliquer dessus à répétition mais on a aussi diverses cartes qui pourront nous aider. Au fils de notre exploration on trouvera des cartes d’équipements, d’attaques spéciales et de potions qu’il faudra agencer à notre main selon les particularités du niveau. Certaines sont passives et monopolisent notre mana, d’autres devront être activées pour agir de façon ponctuelle. J’ai bien aimé jongler avec les possibilités pour réussir à maximiser les performances de mon personnage, à un certain moment il faut faire un choix entre améliorer une carte ou s’ajouter un espace dans notre main pour emmener une carte de plus sur le champ de bataille. Un petit conseil pour le guerrier, privilégiez les cartes d’équipements antipoison (il y en a partout) et des magies qui repoussent les monstres tentant de vous prendre en serre (pratique pour fuir un guet apen).

Mais l’aspect du gameplay qui m’a le plus séduit est cette invention que les développeurs appellent : «  Le Flexiscope ». Le principe du Flexiscope est qu’à chaque début d’étage on peut choisir si le niveau sera court, moyen ou long… Donc si vous n’avez que peu de temps devant vous pour jouer, vous pouvez adapter la densité du niveau selon un estimé de vos sessions passées. C’est considéré par certaines mauvaises langues comme étant une fonction superflus mais de mon côté j’ai vraiment aimé ça. Peut-être est-ce parce que je me fais vieux mais l’idée de jouer un niveau construit en fonction du temps que j’ai à mettre dessus me semble être l’invention du siècle. En toute honnêteté j’ai joué à beaucoup de jeux dans ma vie et bien qu’encore embryonnaire, cette idée relève du génie et mérite attention… fini les jeux trop longs ou trop courts !!

Un pari réussi ?

Comme je l’ai mentionné au départ, Thing Trunk a signifié sa volonté de reconquérir l’âge d’or du jeu PC des années 90 avec cette série tout en promettant d’y ajouter du sien. Mais est-ce un succès ?

Je dois leur donner raison en ce qui a trait à Book of Demon. Sans être exceptionnel le jeu canalise l’essence du genre Hack’n Slash et se permet de pousser la note un peu plus loin rendant l’expérience unique ou du moins très appréciable. Techniquement impeccable, si vous voulez détester ce jeu il faudra s’attaquer au gameplay qui pourtant s’est blindés de mécaniques bien calculées. Aussi sachant que ce jeu n’est que le premier d’une série de sept, on ne peut qu’espérer mieux pour la suite des choses… Je l’admet, j’ai hâte à leur Doom…

En gros je lève mon chapeau à Thing Trunk et leur projet Return2Games qui se sont engagé dans une voie cahoteuse avec un attitude de conquérant. Book of Demon est un jeu discret qui aura besoin du bouche à oreille pour se rendre sur le piédestal mais quiconque osera s’y aventurer ne le regrettera pas.


Fiche Technique

Développeur: Thing Trunk
Date de sortie: 13 décembre 2018
Console: Steam
Genre: Dungeon Crawler, Hack and Slash

Vous avez aimé? Pourquoi ne pas prendre la peine de visiter notre page Patreon

Tags: , , , ,


À propos de l'auteur

Éric est ce gamin à la petite école qui se faisait tout le temps dire "Tu écoutes trop de films" après avoir remis sa production écrite, ou encore, "Tu joues trop à tes jeux vidéos" lorsqu'il ne la remettait pas. Obsédé par l'inconnu et les créatures fantastiques depuis qu'il a vu Alien étant tout petit, il a grandi en explorant les diverses propositions artistiques du genre. Que ce soit de vieux films avec Vincent Price, ou encore le légendaire jeu "Alone in the Dark" en passant par les Troma, Resident evil, Hellraiser et autres. Il s'intéresse à tous ce qui est original ou qui tente de l'être, mais sait aussi apprécier un bel hommage classique quand la situation le demande.



Comments are closed.

Retour en haut ↑
  • Abonnez-vous au podcast

    Feed RSS     Google Play     ITunes     ITunes
  • Dons et Amazon

    Encouragez-nous en achetant sur Amazon à partir de ce lien!


  • Supportez-nous sur Patreon
  • Vous cherchez à voir un film?