Notice: jetpack_enable_opengraph est déprécié depuis la version 2.0.3 ! Utilisez jetpack_enable_open_graph à la place. in /var/www/wordpress/wp-includes/functions.php on line 3853

Critique

Publié le septembre 4th, 2018 | par David Boucher

0

Graveyard Keeper, ou Stardew Valley au royaume des morts

Graveyard Keeper, ou Stardew Valley au royaume des morts David Boucher

Summary: Graveyard Keeper, un jeu imparfait mais captivant.

3

Captivant


Tout chaud sorti du four (crématoire), il me fait plaisir de réviser pour vous aujourd’hui Graveyard Keeper, un nouveau titre indépendant provenant de Russie, du petit studio Lazy Bear Games. Étant déjà fan des jeux Don’t Starve et Subnautica (que j’ai chacun dévorés et engloutis, respectivements) j’avais très hâte de mettre la main sur un nouveau jeu du genre aventure, mystère, gestion et simulation même si celui-ci ne comporte pas vraiment l’aspect survie. Si vous avez apprécié d’autres titres comme Harvest Moon, Rune Factory ou Stardew Valley, vous serez ravi de connaître ce nouveau successeur. Lorsque votre équipe comporte à peine 2 membres de plus que l’équipe de traduction en 7 langues, on ne s’attend pas à un titre AAA alors gardons nos attentes réalistes et voyons ensemble ce que ce jeu nous réserve.

Dans Graveyard Keeper, vous incarnez un homme ordinaire qui se retrouve victime d’un accident. Suite à une brève rencontre avec la mort, il est plongé dans un univers médiéval où il sera responsable de gérer un petit cimetière pastoral et la chapelle qui s’y joint dans l’espoir d’arriver à retrouver sa vie et celle qui l’attend. Contrairement à plusieurs jeux du genre, votre objectif ultime est très clair dès l’entrée de jeu et vous savez où vos efforts doivent vous mener ce que j’ai beaucoup apprécié. Ça vous permet enfin de répondre à votre partenaire qui passe derrière vous avec un “oui mais pourquoi tu fais tout ça?”. Après seulement une minute ou deux vous serez à même de commencer votre entreprise. Encore mieux, le jeu ne vous prend pas par la main pour vous ensevelir de tutoriaux et d’explications. Il n’en tient qu’à vous d’établir quelles actions vous mèneront à vos fins.

Vous serez également rapidement confronté à plusieurs subtils dilemmes moraux. Ce n’est pas une gentille jauge de bonnes actions ou de vilenie qui viendra vous rassurer sur vos choix.

Les graphiques pixelisés sont d’excellente qualité. On prend plaisir à explorer les alentours et découvrir les personnages qui nous y attendent. La musique est appropriée mais ordinaire. L’air se répète tellement qu’il va vous coller en tête encore plus que Despacito.

Votre personnage lui-même s’efface malheureusement un peu durant le jeu et sa personnalité est un peu oubliable. J’imagine que cela contribue à l’immersion où vous prendrez sa place. Ceci dit, il aurait pu être intéressant de pouvoir établir son sexe si ce n’avait été de tout le travail artistique supplémentaire que cela implique. Ceci dit, il n’y a pas d’aspect “dating” dans ce jeu.

Alors pour les problèmes plus majeurs… oooooh boy. Les recettes de construction ne sont pas affichées dans votre menu alors soit vous travaillez avec le wiki ou vous passez votre temps à faire des aller-retour pour vous rappeler quel ingrédient il vous manque. La portion action/combats/donjon est vraiment pas très excitante et le petit coup d’épée horizontale fini par lasser assez rapidement (en plus d’être limité). Les jours sont trop courts et vous avez trop peu d’énergie pour accomplir un travail satisfaisant dans une journée. Le passage du temps n’a que très peu d’impact d’ailleurs. L’endurance ajout donc seulement comme limiteur frustrant qui ne vous empêche pas d’accomplir grand chose sinon des tonnes d’aller-retours car il n’y a que très peu d’événements à attraper à temps. Quelques événements ponctuels auraient donné une raison de vouloir s’en soucier. On peut seulement sauvegarder en retournant dormir à la maison! Pour un jeu en solo, c’est ennuyant. N’abandonnez pas trop rapidement. Avec des recettes à manger, vous pourrez accomplir beaucoup plus en peu d’efforts.

Malgré tous ses défauts, Graveyard Keeper a ce côté addictif qui me pousse à y retourner constamment. Comme un problème excitant et complexe à résoudre avec en récompense tout un lot de révélation et de réalisations des conséquences de mes choix, du moins je l’espère.

Quelques conseils pour les débutants:

  • La journée en cours dans le calendrier est en bas de la roue, pas en haut… Ouaip il faudrait vraiment être con pour voir ça autrement hein? Eh merde…
  • N’hésitez pas à acheter les ingrédients de base aux autres paysans; on ne peut tout accomplir seul dans ce monde comme dans le nôtre!
  • Achetez vous également la pierre de foyer chez l’aubergiste aussitôt que possible pour vous téléporter et sauver un peu de temps.
  • Vous pourrez avancer votre connaissance spirituelle (la ressource bleue) et un peu d’argent lorsque vous aurez débloqué la chapelle et aurez commencé à donner quelques sermons.
  • N’achetez pas vos compétences trop vite et formez vous un plan pour savoir quelles dépendances sont les plus importantes.
  • Vérifiez si vous avez la structure préalable pour construire la super nouvelle ressource que vous venez de débloquer.

Fiche Technique :

Développeur:  Lazy Bear Games

Date de sortie: 15 août 2018 sur Xbox One et PC

Genre: Simulation, stratégie

Site Web : http://graveyardkeeper.com

David refuse de vieillir et se passionne de jeux sous toutes leurs formes. Il porte une appréciation spéciale aux trames sonores et à une qualité d’art visuel exceptionnelle. Toujours à l’affût pour de nouveaux défis intellectuels et d’histoires mémorables. Totalement heureux à chaque nouvelle opportunité de découvrir de nouveaux métrages d’animation.

Un vrai geek quoi!

Tags: , , , , ,


À propos de l'auteur

David refuse de vieillir et se passionne de jeux sous toutes leurs formes. Il porte une appréciation spéciale aux trames sonores et à une qualité d’art visuel exceptionnelle. Toujours à l'affût pour de nouveaux défis intellectuels et d’histoires mémorables. Totalement heureux à chaque nouvelle opportunité de découvrir de nouveaux métrages d’animation. Un vrai geek quoi!



Comments are closed.

Retour en haut ↑