Notice: jetpack_enable_opengraph est déprécié depuis la version 2.0.3 ! Utilisez jetpack_enable_open_graph à la place. in /var/www/wordpress/wp-includes/functions.php on line 3853

Critique

Publié le novembre 12th, 2018 | par David Bacon Roy

0

Guacamelee Super Turbo Championship Edition

Guacamelee Super Turbo Championship Edition David Bacon Roy

Summary: Un bon défi aux couleurs de la culture mexicaine

4

Plaisant


User Rating: 0 (0 votes)

Un titre de fou!

D’accord, j’ai accepté de faire la critique, non seulement parce que le jeu me semblait très cool, mais surtout parce que le titre était sur la coche! Disons que ne pas avoir eu de code afin de faire une critique, j’aurais probablement fait un achat impulsif. Oui, ça m’arrive, même pour les jeux vidéos, mais plus souvent pour des disques de musique. Côté musique, il m’arrive parfois d’être laissé sur ma faim, voire même terriblement déçu. Mais qu’en est-il de Guacamelee, Super Turbo Championship Edition?

Du nouveau genre, pas trop copié

Vous êtes un fermier, et un méchant a enlevé la fille du président. Légèrement cliché, direz-vous. Sauf que cette fois-ci, vous êtes dans un univers style “Dia de los Muertos”, avec les têtes de squelettes colorées et tout. Votre personnage se déplace dans un univers de plateformes, qui parfois peut s’avérer complexe. Vous devrez vous servir de vos multiples habiletés débloquées tout au long de votre progression. Comment les débloque-t-on, vous dites? C’est très simple; une statue très très semblable aux statues Chozo dans Metroid. Sauf que c’est pas la statue elle-même qui vous donne un pouvoir, mais plutôt un vieil homme qui aime bien se déguiser en chèvre. Oui, en chèvre. Par contre, les habiletés débloquées sont différentes, et simples d’utilisation. Un seul bouton vous sert pour vos habiletés, avec comme combinaison le stick directionnel.

Des niaiseries à profusion

Ce n’est pas parce que la fille de El Presidente s’est fait capturer pour consolider le monde des vivants et le monde des morts que c’est une raison pour ne pas avoir du fun. Pour commencer, vous relèverez un défi afin de devenir un Luchadore. Vous aurez quelques petites quêtes secondaires à compléter afin d’augmenter soit votre santé ou bien votre stamina. Parfois vous devrez ranger des poulets dans des cages, selon leur couleur. Oui, dans ce jeu, vous pouvez tabasser les poulets. Nous ne sommes pas à Hyrule ici. Vous pouvez après un certain temps vous transformer vous-même en poulet comme bon vous semble! Trop cool! Chaque habileté débloquée détient un nom propre à elle. Une qui m’a marqué énormément est le “Dashing Derpderp”.

Difficulté?

Nous allons mettre les choses au clair, les jeux style beat ‘em up ne sont pas nécessairement ma tasse de thé. J’aime bien ce genre de jeu, mais il m’arrive quelque fois (d’accord, souvent) de perdre patience. Deux niveaux de difficultés s’offrent à vous, soit normal et difficile. J’ai évidemment choisit normal. Certaines sections peuvent vous donner du fil à retordre pour aller chercher des coffres, pour terminer le jeu à 100%. Si vous essayez de compléter le jeu en intégralité, attelez-vous. Vos habiletés à vous déplacer et à élucider les petits puzzle de plateformes seront très utiles. Pour ma part, j’ai abandonné quelques coffres ici et la. Certains combats contre des ennemis peuvent être assez corsés. Chaque ennemi possède sa propre stratégie pour être vaincu. Vous pouvez alterner entre le monde des morts et celui des vivants. Je dirais même vous devrez, tout dépendant de la situation. Si vous éprouvez de la difficulté, vous avez l’opportunité d’explorer les donjons pour trouver d’autres coffres.

D’accord, et ensuite?

Après avoir amassé ce que vous avez besoin, débloqué les habiletés, exploré les différents donjons, on fait quoi? Vous pouvez soit aller vous jeter dans la gueule du loup, c’est-à-dire aller sauver la fille de El Presidente, ou bien les donjons optionnels. La caverne des poulets vous offre de nombreux défis à relever, dans le style de tour d’endurance. J’ai tenté le coup, mais j’ai vite réalisé que je ferais mieux de jeter l’éponge. J’ai donc remonté et été combattre Carlos Calaca. Je l’ai aussi vaincu, après quelques tentatives, et quelques jurons, en espagnol, évidemment.

En résumé, Guacamelee: Super Turbo Championship Edition (J’adore l’écrire au complet) est un excellent jeu, autant pour les débutants que les plus aguerris. Un jeu d’un prix raisonnable, soit une quinzaine de dollars, qui demande environ 8 heures pour compléter l’histoire principale, sans trop s’aventurer plus loin. Une possibilité de jouer jusqu’à 4 joueurs simultanément rajoute beaucoup de jouabilité au jeu. Un excellent jeu à jouer en famille ou entre amis, avec de la Téquila, por favor!


Fiche Technique

Développeur: Drinkbox Studios
Date de sortie: 2 Juillet 2014
Console: Switch, Wii U, Xbox 360, Xbox One, PS4, PC, Switch
Genre: Metroidvania, Beat ‘em up, Plateforme

David est un caméléon niveau gaming. Il s’adapte presque à tous types de jeu. Passionné de musique, il adore écouter les trames sonores des jeux en jouant. Rien de mieux qu’un multijoueur local avec ses 4 enfants pour profiter de ses temps libres, que ce soit Mario Kart, ou bien Smash Bros. Amateur de musique métal et de jeux vidéos rétro, il adore toutefois découvrir de nouveaux jeux sur les générations actuelles.

Tags: , , , , , ,


À propos de l'auteur

David est un caméléon niveau gaming. Il s'adapte presque à tous types de jeu. Passionné de musique, il adore écouter les trames sonores des jeux en jouant. Rien de mieux qu'un multijoueur local avec ses 4 enfants pour profiter de ses temps libres, que ce soit Mario Kart, ou bien Smash Bros. Amateur de musique métal et de jeux vidéos rétro, il adore toutefois découvrir de nouveaux jeux sur les générations actuelles.



Comments are closed.

Retour en haut ↑