Notice: jetpack_enable_opengraph est déprécié depuis la version 2.0.3 ! Utilisez jetpack_enable_open_graph à la place. in /var/www/wordpress/wp-includes/functions.php on line 3853

Critique

Publié le décembre 21st, 2017 | par Sébastien Bouchard

Mother!

Mother! Sébastien Bouchard

Summary: Mother! est un film puissant, déstabilisant qui ne laissera personne indifférent.

4.5

Puissant


User Rating: 1.7 (5 votes)

Je me souviens de mon premier Aronofsky comme si c’était hier. C’était Requiem for a Dream à sa sortie VHS. Le troisième acte du film m’avait laissé complètement épuisé, choqué, étourdi. J’aimais ce que son film avait eu comme effet sur moi. C’est une sensation que j’ai toujours recherchée par la suite dans sa filmographie. Malheureusement, à l’exception de Black Swan, ma recherche fut peu fructueuse. C’était jusqu’à mon visionnement de Mother! qui m’a donné ce que je recherchais et beaucoup plus encore.

Mother! raconte l’histoire de Mother (Jennifer Lawrence, troublante) et de son conjoint Le Poète (Javier Bardem, intense), qui vivent dans leur grande maison éloignée de tout. Lui cherche l’inspiration pour écrire à nouveau et elle entretient la maison afin d’en faire un endroit agréable où il fera bon vivre. Leur univers sera chamboulé lorsque Le Poète invitera un homme (Ed Harris, inquiétant) à rester chez eux. Celui-ci entraînera une pléiade d’invités tous plus indésirables les uns que les autres et qui viendront semer le chaos dans la maison de Mother.

Il n’en faut pas beaucoup au spectateur pour comprendre que Mother! est en fait une longue métaphore. Bien que convenu et réaliste, le scénario devient rapidement irréaliste et on cesse de lui chercher un sens logique. La temporalité prend le bord et nous nous voyons obligés d’assister impuissants à une série de scènes toutes plus intenses les unes que les autres. On peut comprendre la désorientation de certains spectateurs qui n’adhéreront pas à cette structure narrative. Mother! divise les opinions et c’est clairement voulu.

Lawrence donne tout ce qu’elle a dans ce film et cela parait. Le malaise et la détresse de son personnage transpercent l’écran et je me suis rendu compte à environ la moitié du film que j’étais clairement stressé et angoissé. Et ce, même si j’avais dû mettre mon écoute sur pause quelques fois. Je n’ose pas imaginer ce que j’aurais ressenti au cinéma. Je ne peux pas passer sous silence la performance de Michelle Pfeiffer qui nous sert une femme à la fois fortement désagréable et terriblement sexy. Cela faisait longtemps qu’elle ne m’avait autant marqué.

Si j’avais un seul reproche à faire au film, c’est son désir de trop en faire. La deuxième moitié était tellement intense et surchargée de scènes fortes que je me suis retrouvé insensible vers la fin. Et puisque ces scènes ont clairement pour but d’avoir un deuxième sens, leur force émotionnelle ne m’atteignait plus. Je ne faisais que chercher leur signification. J’étais dans l’analyse plutôt que dans le ressenti. Au contraire d’une finale comme celle de Requiem for a Dream qui ne cherche jamais à nous dire autre chose que ce que l’on voit à l’écran.

Néanmoins, Mother! est un film puissant, déstabilisant qui ne laissera personne indifférent. Je ne saurais le recommander à n’importe qui. Son écoute est à vos risques et périls. Mais soyez certains que vous ne l’aurez pas oublié de sitôt.

C’est le genre de fan d’horreur qui a pris du temps avant de s’assumer. Beaucoup trop occupé à l’époque à faire du théâtre, sortir au karaoké ou jouer à des jeux vidéos, ce n’est que depuis une dizaine d’années qu’il embrasse vraiment sa passion.

Tags: , , , , , ,


À propos de l'auteur

C'est le genre de fan d'horreur qui a pris du temps avant de s'assumer. Beaucoup trop occupé à l'époque à faire du théâtre, sortir au karaoké ou jouer à des jeux vidéos, ce n'est que depuis une dizaine d'années qu'il embrasse vraiment sa passion.



Retour en haut ↑