Notice: jetpack_enable_opengraph est déprécié depuis la version 2.0.3 ! Utilisez jetpack_enable_open_graph à la place. in /var/www/wordpress/wp-includes/functions.php on line 3853

Critique

Publié le septembre 11th, 2018 | par David Bacon Roy

0

Octopath Traveler – Le retour du RPG classique?

Octopath Traveler – Le retour du RPG classique? David Bacon Roy

Summary: Pas le Saint Graal, mais bien fait quand même

3.6

Stimulant


User Rating: 0 (0 votes)

À la hauteur de l’engouement?

Comme une bonne partie de mon cercle d’amis, j’ai vécu dans ce que l’on pourrait appeler le «golden age» des RPG. De nombreux titres ont été sur de multiples consoles qui ont marqué notre enfance et notre adolescence. Une compagnie en particulier a réussi à capter mon attention, maintenant connue sous le nom de Square Enix. Final Fantasy, une série de jeux à laquelle j’ai adoré jouer avant, et que j’aime encore, me laisse malheureusement déçu face aux nouveaux opus offerts depuis quelques générations. J’ai acheté plusieurs jeux de rôles de temps à autre, recherchant un jeu qui réussira à me charmer, comme pendant mes jeunes années. Est-ce que Octopath Traveler a réussi à combler mes attentes? Ou bien suis-je seulement devenu trop grincheux pour apprécier un jeu?

Du scénario, en voulez vous?

Vous vous trouvez face à un vaste choix de huit personnages afin de former votre équipe de quatre. Chaque personnage possède une classe propre à lui-même, avec une seconde qui vous est possible d’obtenir en remplissant quelques conditions. Au total, quatre chapitres par personnage vous sont offerts comme scénario. Vous devrez ainsi former votre équipe en considérant les forces de tous pour mener à terme votre quête. Choisirez vous de récupérer votre honneur en tant que voleur, ou bien tenterez-vous de retrouver un vieux bouquin de magie nécromancienne? C’est à vous de décider dans l’ordre que vous ferez vos chapitres, mais surtout, avec qui vous avancerez dans l’histoire. Un point très positif je dirais, étant donné que cela laisse beaucoup de malléabilité à votre équipe. Cela vous permet aussi de développer une stratégie propre à vous même. De plus, chaque village dans le jeu comporte ses propres quêtes secondaires. Contrairement à l’histoire principale, celles-ci ne sont pas expliquées plus qu’il faut. Il vous faudra donc vous arranger par vous même pour trouver comment les compléter.

Stratégie, quand tu nous tiens

Étant un habitué de ce genre de jeu, je n’aime pas trop faire monter mes personnages en niveau. Ce qui me laisse parfois dans l’obligation d’user de stratégie afin de venir à bout des gros boss. Avant d’entrer dans une nouvelle grotte ou bien de changer de section de la carte, il nous est indiqué quel niveau il est conseillé d’avoir atteint, histoire de ne pas se faire réduire en miettes. J’ai donc tenté de respecter cette indication tout au long de ma progression. Pendant les combats, que ce soit contre un boss ou bien de simple ennemis, vous devrez exploiter la faiblesse de ceux-ci. D’où l’importance d’avoir une bonne combinaison de classe pour vos personnages, et aussi d’avoir les bonnes compétences passives. Certains ennemis seront vulnérables à une arme en particulier, d’autres seront faibles face à trois sortes de magie. Vous devrez parfois frapper l’ennemi une seule fois pour le mettre en état de choc, d’autres nécessiteront huit coups. Quelques combats ont duré plus de 15 minutes contre certains boss. Sans compter le boss de la fin, ouff…

De la diversité

Avec huit personnages ayant une classe propre à eux, il vous est possible de débloquer quatre classes plus avancées. Vous pourrez équiper une seconde classe à vos personnages. Une combinaison est de mise, car de nombreux types d’armes sont offerts, et ce n’est pas toutes les classes de personnages qui peuvent en bénéficier. Chaque classe avancée est gardée par un monstre redoutable qui vous donnera du fil à retordre, mais cela en vaut la peine. Vous aurez ainsi droit à douze classes au total pour acquérir jusqu’à quatre compétences passives par classe que vous équiperez à vos personnages comme bon vous semble. Cela peut être une immunité face aux altérations d’état, acquérir plus d’expérience à la fin des combats, ou bien faire des dégâts au delà du mythique 9999.

Un petit plus

Dans tous les villages du jeu, il vous est possible de parler à de nombreux PNJ. De plus, vous pouvez même effectuer une action spécifique propre à vos personnages. Votre voleur peut voler des trucs, tandis que votre marchand peut acheter ces mêmes trucs. Évidemment, un objet plus rare comporte un taux de réussite plus bas, et est vendu plus cher. D’autres personnages peuvent provoquer les PNJ afin de les combattre en duel, ou bien recruter quelqu’un comme membre de votre équipe temporairement. Je me suis servi principalement de la fonction vol pour sauver de l’argent et récupérer de bons équipements. La fonction du mage s’avère très pratique aussi, car elle vous donne l’opportunité de dévoiler des objets cachés dans les villages et de vous donner certains rabais dans les magasins.

Retour au rétro, mais pas trop

Une bonne trame sonore vous accompagnera dans votre aventure. Une bonne sonorité qui rappelle le style des vieux jeux que j’aime jouer. Des graphiques avec une petite touche rétro pour les buildings et les personnages. Les décors, quant à eux, sont d’une meilleure qualité, avec un effet de profondeur très beau. Vous traverserez une forêt, pour ensuite vous retrouver dans un monde enneigé ou bien dans le désert. Les combats tour par tour m’ont fait apprécier le jeu.

Oui, mais c’est tu si bon que ça?

Bien sûr, il n’y a pas de jeu parfait, et Octopath Traveler n’en fait pas exception. Je n’ai pas trop parlé de l’histoire en tant que tel étant donné que je n’aime pas gâcher les moments cruciaux dans le jeu. Ce que je peux vous dire, c’est que je n’ai pas aimé devoir entraîner mes 8 personnages pendant plusieurs heures afin de me rendre à un niveau raisonnable pour le boss de la fin. Il y a malheureusement certains chapitres qui ne m’ont pas interpellé du tout, soit parce que la classe du protagoniste ne me plaisait pas, ou bien les dialogues étaient avec un dialecte inventé. Certains termes devenaient alors ridiculement incompréhensibles, diminuant mon intérêt. Par contre, d’autres chapitres m’ont tellement immergé dans l’histoire que j’en aurais prit beaucoup plus. Un jeu fait sur une base solide, qui peut donner un défi considérable, même pour les plus aguerris. J’ai mis près de 65 heures afin de compléter l’aventure. Un coup réussi pour Square Enix, mais nous sommes encore loin de l’ère Super Nintendo et Sega Genesis…


Fiche Technique

Développeur: Square Enix
Date de sortie: 13 Juillet 2018
Console: Nintendo Switch
Genre: Jeu de rôle

David est un caméléon niveau gaming. Il s’adapte presque à tous types de jeu. Passionné de musique, il adore écouter les trames sonores des jeux en jouant. Rien de mieux qu’un multijoueur local avec ses 4 enfants pour profiter de ses temps libres, que ce soit Mario Kart, ou bien Smash Bros. Amateur de musique métal et de jeux vidéos rétro, il adore toutefois découvrir de nouveaux jeux sur les générations actuelles.

Tags: , ,


À propos de l'auteur

David est un caméléon niveau gaming. Il s'adapte presque à tous types de jeu. Passionné de musique, il adore écouter les trames sonores des jeux en jouant. Rien de mieux qu'un multijoueur local avec ses 4 enfants pour profiter de ses temps libres, que ce soit Mario Kart, ou bien Smash Bros. Amateur de musique métal et de jeux vidéos rétro, il adore toutefois découvrir de nouveaux jeux sur les générations actuelles.



Comments are closed.

Retour en haut ↑