Notice: jetpack_enable_opengraph est déprécié depuis la version 2.0.3 ! Utilisez jetpack_enable_open_graph à la place. in /var/www/wordpress/wp-includes/functions.php on line 3853

Critique

Publié le octobre 31st, 2018 | par Seth Goepfert

0

SINNER: Sacrifice for Redemption

SINNER: Sacrifice for Redemption Seth Goepfert

Summary: Un boss rush impitoyable mais très gratifiant. Un premier essai réussi pour le studio Darkstar.

3.5

Challengeant


User Rating: 0 (0 votes)

Darkstar, un studio chinois de quelques personnes (des anciens vétérans AAA, parmi lesquels un ancien directeur artistique d’Ubisoft, un artiste technique de Blizzard et un programmateur de Konami) a eu l’excellente idée de créer un jeu de type Dark Souls entièrement consacré à des combats de boss. Est-ce une réussite pour autant ?

Comme Shadow of the Colossus (influence revendiquée par le studio) ou plus récemment Furi avant lui, SINNER: Sacrifice for Redemption se veut minimaliste. Pas d’ennemis « normaux », pas de menus, pas de leveling… notre personnage, Adam, a perdu la mémoire. Il doit faire face aux représentations de ses plus grands péchés pour les expier et ainsi gagner sa rédemption. Ces sept péchés capitaux sont représentés par sept ennemis au design unique, que l’on peut affronter dans l’ordre souhaité.

Avez-vous le souvenir d’être mort dans un jeu vidéo, quelques secondes seulement après l’avoir commencé ? C’est ce qui va vous arriver dans Sinner, qui met un point d’honneur à punir le joueur sans préavis. Là où un Dark Souls permet d’aller gambader dans une forêt ou un marécage histoire de gonfler ses stats, Sinner lui n’offre rien d’autre que ses sept combats. Et tant qu’à faire les choses jusqu’au bout, il va en plus vous coller des malus (-10% de santé, 50% des provisions en moins, bouclier cassable…). Chaque malus apporte son lot de complications à la suite de l’aventure, et vous vous doutez déjà du pire… Oui, il va vous falloir occire ces sept boss en cumulant les malus.

Sur le terrain, Adam dispose de quelques capacités : une épée classique, une plus puissante mais plus lente, un bouclier, des potions de soin, des bombes, des lances foudroyantes et le pouvoir d’enflammer son équipement pour davantage de dégâts. Une liste qui semblera légère aux amateurs de Souls-like, mais ici nous ne sommes pas dans un RPG. Cela permet de garder le joueur concentré sur le principal, les combats. On notera toutefois la présence d’armes bonus une fois le jeu terminé, mais il va falloir les mériter.

Sinner permet dans un premier temps de tester chaque boss séparément puisque le joueur peut récupérer chaque sacrifice et donc n’avoir qu’un malus au combat. Le but du jeu étant de terrasser les sept adversaires, il va vous falloir trouver l’ordre idéal pour les affronter. Prenons l’exemple du grand chevalier Rhodes : probablement un des boss les moins difficiles du jeu. L’affronter demande le sacrifice d’une partie de la puissance d’attaque d’Adam. Pas spécialement préjudiciable sur le moment, on peut penser que commencer par ce boss est une bonne idée. Seulement voilà, il faudra alors terrasser les six autres avec ce manque de puissance d’attaque, qui deviendront tout de suite plus dangereux.

Tout le sel (et le jeu n’en manque pas) de Sinner consiste donc à régulièrement prendre du recul sur notre aventure pour ré-imaginer notre parcours. On meurt parfois pendant une ou deux heures avant d’envoyer un boss six pieds sous terre. Il faut alors prendre son mal en patience et observer attentivement les failles. La réussite tient principalement au bon usage de la parade et de la roulade, mais aussi à une bonne gestion de la barre d’endurance. Les habitués des Souls seront en terrain connu.

Sinner mettra les nerfs de nombreux joueurs à rude épreuve, y compris les habitués de ce genre de jeu au challenge corsé. La difficulté des combats, la caméra et le système de lock parfois capricieux et les malus qui s’accumulent auront rapidement raison de la patience de certains. Mais cette ambiance sinistre et ces boss violents poussent à se surpasser, ne serait-ce que pour connaître le destin de notre pauvre Adam.


Fiche Technique

Développeur: Darkstar
Date de sortie: 22 octobre 2018
Console: Steam, Switch, PS4, Xbox One
Genre: Aventure, Action

 

Passionné du noble art qu’est le jeu vidéo depuis trois décennies, Seth se définit comme étant un aventurier du JV, un touche-à-tout, avec des goûts très éclectiques. Déconneur, chambreur, speedrunner certifié sur Shadow of the Colossus, son péché mignon c’est les jeux horreurs. Avoir peur et crier comme une fillette, c’est la vie !

Tags: , ,


À propos de l'auteur

Passionné du noble art qu'est le jeu vidéo depuis trois décennies, Seth se définit comme étant un aventurier du JV, un touche-à-tout, avec des goûts très éclectiques. Déconneur, chambreur, speedrunner certifié sur Shadow of the Colossus, son péché mignon c'est les jeux horreurs. Avoir peur et crier comme une fillette, c'est la vie !



Comments are closed.

Retour en haut ↑
  • Abonnez-vous au podcast

    Feed RSS     Google Play     ITunes
  • Plus Récent Podcast

  • Nos concours

  • Dons et Amazon

    Encouragez-nous en achetant sur Amazon à partir de ce lien!


    Visitez notre Patreon!