Notice: jetpack_enable_opengraph est déprécié depuis la version 2.0.3 ! Utilisez jetpack_enable_open_graph à la place. in /var/www/wordpress/wp-includes/functions.php on line 3853

Critique

Publié le novembre 4th, 2018 | par Seth Goepfert

0

The Quiet Man

The Quiet Man Seth Goepfert

Summary: On ne sait pas si The Quiet Man est un jeu qui essaie d’être un film, ou un film qui essaie d’être un jeu. Dans les deux cas c’est raté. Un jeu à éviter.

1.2

À éviter


User Rating: 0.2 (1 votes)

Développé par Human Head Studios (Rune, Prey…) et édité par Square Enix, The Quiet Man vient de paraître dans l’indifférence générale, et pour cause : présentation à l’E3 oubliée par tout le monde, promotion du jeu par SquareEnix inexistante, tarif initialement prévu diminué de moitié… Des signes annonciateurs d’un développement probablement chaotique. The Quiet Man mérite-t-il votre attention ? Son synopsis de départ encourageant saura-t-il vous garder en haleine ? La réponse pourrait vous surprendre.

« Avertissement : Vous incarnez un personnage sourd, Dane, et découvrez le monde à sa manière, avec très peu de sons audibles, et sans sous-titres : à vous d’interpréter l’histoire au fil de votre chasse à l’homme. » Voici mot pour mot la description du jeu, qui invite forcément au voyage les joueurs ayant apprécié les expériences narratives comme le sympathique The Bunker ou l’excellent Late Shift (deux jeux qui ont su remettre le FMV –Full Motion Video- sur le devant de la scène). Ils sont loin d’imaginer la déception qui les attend.

L’aventure commence alors que Dane tombe sur une bande de voyous bien décidés à lui barrer la route. Dans une transition étonnante, The Quiet Man passe d’une séquence filmée à une autre en images de synthèse et nous laisse prendre les commandes pour une phase de combat de rue. Et déjà le premier drame : c’est moche. Il faut voir le visage et les cheveux de notre héros après sa « transformation » en images de synthèse… On ne pensait plus voir une telle différence depuis Final Fantasy VII.

Et les combats ? Dans les faits, ça pourrait être une bonne idée. Une touche pour frapper au poing, une pour un coup de pied, une pour chopper l’ennemi, une pour faire un pas en avant et l’autre en arrière (l’esquive, donc). D’une pression sur la gâchette, on pourra passer en mode « puissance max » pour asséner une sévère claque à l’opposant. Les combats se déroulent souvent contre des caïds dans la rue, ce qui nous rappellerait presque l’ambiance d’un Def Jam Vendetta. Presque.

Seulement voilà, les sensations de combat sont quasi nulles. Toujours les mêmes coups, les mêmes ennemis, les mêmes bugs, et surtout un héros SOURD. Alors on n’entend rien, on frappe des ennemis identiques jusqu’à la prochaine cinématique où l’on n’entend rien, et ainsi de suite. Et ce pendant trois heures. The Quiet Man finit par ressembler à une sorte de patchwork, une sorte d’œuvre inclassable, quelque part entre un vieux Van Damme et le vilain The Bouncer (tout aussi dramatique à son époque) et à laquelle on aurait enlevé tous les sons. Quelle idée saugrenue, n’est-ce pas ?

On peut comprendre le choix des développeurs, nous mettre dans la peau d’un personnage sourd pour que l’on ressente la même chose que lui est une idée vraiment originale. Mais ça ne fonctionne pas. On ne comprend rien, on n’est jamais impliqué dans cette histoire abracadabrante où Dane, l’homme corbeau et cette chanteuse vêtue de blanc ont sûrement des choses à raconter… mais lesquelles ? On n’en sait rien. On en vient même à se dire « heureusement que le héros est sourd, et pas aveugle ».

The Quiet Man raconte une histoire qu’il est le seul à comprendre, et nous offre un gameplay et un visuel au ras des pâquerettes. La partie filmée est certes très correcte, avec une bonne image et une mise en scène qui fait la job. Mais qui a envie de regarder une scène de dialogue de trois minutes sans le moindre son ? Peut-être trouverez-vous votre bonheur si c’est ce que vous recherchez, mais il y a de fortes chances que tout comme l’auteur de ces lignes, vous ressortiez extrêmement déçu de cette courte aventure (au moins une bonne nouvelle). Ce n’est ni du bon jeu vidéo, ni du bon cinéma. The Quiet Man est l’exemple-même de ce qu’il ne faut pas faire quand on souhaite créer un film interactif, et vu la qualité finale du titre, on comprend mieux pourquoi Square Enix a préféré ne pas le mettre trop en avant. Un ratage total, et c’est peu de le dire.


Fiche Technique

Développeur : Human Head Studios
Date de sortie: 1 novembre 2018
Console: Steam, PS4
Genre: Aventure

Passionné du noble art qu’est le jeu vidéo depuis trois décennies, Seth se définit comme étant un aventurier du JV, un touche-à-tout, avec des goûts très éclectiques. Déconneur, chambreur, speedrunner certifié sur Shadow of the Colossus, son péché mignon c’est les jeux horreurs. Avoir peur et crier comme une fillette, c’est la vie !

Tags: , , ,


À propos de l'auteur

Passionné du noble art qu'est le jeu vidéo depuis trois décennies, Seth se définit comme étant un aventurier du JV, un touche-à-tout, avec des goûts très éclectiques. Déconneur, chambreur, speedrunner certifié sur Shadow of the Colossus, son péché mignon c'est les jeux horreurs. Avoir peur et crier comme une fillette, c'est la vie !



Comments are closed.

Retour en haut ↑
  • Abonnez-vous au podcast

    Feed RSS     Google Play     ITunes
  • Plus Récent Podcast

  • Nos concours

  • Dons et Amazon

    Encouragez-nous en achetant sur Amazon à partir de ce lien!


    Visitez notre Patreon!